Devenez éco-responsable grâce à lhumaindabord-npdc.fr

Les déchets : les piles et accumulateurs

 

Depuis 2001 et suite au décret décret n°99-374 du 12 mai 1999, la collecte des piles et des accumulateurs est obligatoire. Malgré cette obligation, 2/3 des accumulateurs et des batteries sont retrouvés dans la nature et parmi les ordures ménagères.

 

 

LES RAISONS DU DECRET DE 1999

 

Une pile bouton, à elle seule, peut polluer 1 m3 de terre et 1 000 m3 d'eau pendant un demi siècle. Pour cette raison, les batteries et les accumulateurs qui contiennent des métaux (plomb, aluminium, zinc, mercure, nickel, cadmium, acide, plomb, aluminium, lithium…) ne doivent pas être jetés n'importe où. Ils représentent un danger pour l’homme et l’environnement. Ces substances chimiques sont toxiques et corrosives, elles sont la cause de problèmes cutanés et respiratoires.

 

Les risques pour l'homme existent par inhalation ou ingestion de particules.

 

LA SECONDE VIE DES DECHETS TOXIQUES

 

Quatorze sociétés sont situées sur 17 sites de traitement de déchets.

 

Dans les centres de tri, les déchets sont classés par familles. Ensuite, ils subissent un traitement adapté pour extraire les matériaux qui se valorisent. Le lithium, matériau rare, peut être réutilisé tout comme la poudre de zinc pour la fabrication des gouttières. Le ferromanganèse, un des composants de l’acier inoxydable, se retrouve dans les fourchettes et les couteaux ainsi que dans les disques de frein. Le plomb est inclus dans les batteries de voiture.

 

Les piles boutons et bâtons contiennent du mercure. Il peut être inhalé à 80% du fait qu'il est, à température ambiante, très volatile. Les effets néfastes sur le système nerveux sont réels. Dans la nature, le milieu aquatique est contaminé.

Le mercure pur se revend aux industries chimiques. Il subit un traitement thermique: les piles sont mises sous une cloche à une température de 600°C qui leur permet de s'ouvrir et de le libérer. Ensuite, dans des cuves hermétiquement fermées, les vapeurs sont aspirées et refroidies pour le récupérer.

 

Les revêtements en acier des piles sont récupérés et vendus à des aciéries

 

NOS CONSEILS POUR PRESERVER LA NATURE ET LA SANTE DES ETRES VIVANTS

 

Il faut éviter de jeter les batteries et accumulateurs dans la poubelle ou dans la nature. Déposez-les, quand vous faites vos courses en grandes surfaces, dans les collecteurs appropriés qui sont au nombre de 10 000 en France.

 

Quand la batterie est intégrée à l'appareil (portable, appareil photo...) , démontez-le pour sortir la batterie qui se jette dans une Batribox. Le corps de l’objet ou l'appareil complet sont destinés à un bac spécifique DEEE (Déchet des Equipements Electriques et Electroniques).

 

A l'achat, préférez les piles alcalines et salines, considérées comme déchets non dangereux ou les rechargeables NiMH qui contiennent moins de cadmium. Elles sont plus économiques. Elles représentent un coût de 3 euros/an avec un chargeur qui dure 10 ans alors que le coût de celles qui se jettent est de 100 euros.

 

Les appareils qui fonctionnent à l'énergie solaire sont à privilégier (lampes solaires, chargeurs solaires, radio solaire, rasoirs...).

 

https://www.consoglobe.com/dechets-dangereux-piles-accumulateurs-3655-cgh

 

 

 

Les déchets ménagers

La méthanisation ou fermentation des déchets pour produire du biogaz / biométhane

Tous droits réservés - lhumaindabord-npdc.fr

francoise.sirois@net-c.com